Nous vous proposons le lundi 3 décembre 2018 au Huit Valois

(Palais Royal, 75001 Paris) :

  • Une dégustation exceptionnelle de vins à leur apogée présentés par les vignerons eux-mêmes
  • Des ateliers originaux et passionnants pour comprendre, apprendre…
  • Une paulée, au restaurant Le Macéo, sur le thème de la maturité, avec les vins des vignerons servis par les vignerons

Invité d’honneur : Pierre Casamayor

Le vin est un grand cabotin

Il ne vieillit pas, il mûrit, patiemment. Il digère son énergie initiale et le miracle du temps opère. S’il a été conçu dans les règles de l’art, il s’ouvre et se ferme comme un papillon qu’il faut attraper avec le filet de la jouissance patiente. Des vérités admises par moult esthètes depuis la nuit des temps. Seulement voilà : le vin est lui aussi victime de l’économique et du culte de l’urgence. Mais il ne doit pas être sacrifié sur l’autel de l’inculture ! Avec la 4e édition de Vinapogée, nous voulons, dans l’enthousiasme, apporter à nouveau notre pierre à l’édifice. Rejoignez-nous, si vous ne l’avez pas encore fait ! David Hairion & Bernadette Vizioz

Vinapogée, un acte militant ! Une cause à défendre !

Partagerez-vous cette passion avec nous ? Nous l’espérons tous !
#vinapogee

Hervé Bizeul, fondateur de ce rendez-vous en 2015, qui nous a transmis le flambeau, décrit l’origine de cette aventure. L’idée de “Vins Matures” lui est venue lors de Vinexpo 2014. De stand en stand, une évidence : on ne parlait et on ne vendait plus que des vins extrêmement jeunes.

“Gardez-le quelques années….”, c’était la phrase préférée des producteurs et des marchands de vins ! Nos pères savaient attendre, caresser du regard ces bouteilles dans leurs caves… pour les ouvrir au bon moment. À l’heure d’Internet cela a t-il encore un sens ? Tous les vignerons présents à Vinapogée militent pour que leurs vins soient bus à leur apogée. Vinapogée, c’est une cause que nous défendons, pour le goût, pour la culture, pour nos enfants… Parce que prouver, c’est mieux que promettre… tous les vins présentés à Vinapogée ont été jugés tels par ceux qui les ont élaborés et qui les feront déguster.

Dans cette folle idée nous suivent une grosse poignée de vignerons enthousiastes à l’idée, lors d’une journée rare, de faire goûter des vins de dix ans ou bien plus, directement puisés dans leur cave, et qu’ils présenteront personnellement.

Pierre Casamayor, premier invité d’honneur de Vinapogée !

Vinapogée a décidé de mettre à l’honneur chaque année un des grands défenseurs et pédagogue des vins à leur apogée. 

Le premier est Pierre Casamayor, professeur d’œnologie à l’Université de Toulouse, auteur de nombreux ouvrages sur le vin et en particulier sur la dégustation, collaborateur de la Revue du Vin de France depuis plus de 30 ans (la dégustation verticale). Il sera présent à Vinapogée et animera un des six ateliers avec une approche très pédagogique. En effet, il présentera le “même” vin dans sa jeunesse et à son apogée, commentant ainsi l’évolution de chaque vin (Clos des Fées, Château de Pibarnon, Mouthes Le Bihan et Vieux Télégraphe).  Il expliquera que même si aujourd’hui la différence entre les millésimes s’est beaucoup lissée, c’est dans le temps que se fait la vraie hiérarchie. Avec le temps les artifices disparaissent, la véritable identité ressort, le terroir parle…

[L’Apogée]. “C’est la période optimale pour déguster un vin. Cette période se compte en années après la mise en bouteille du cru. Mais comme le vin est un produit vivant sensible à son environnement de conservation, cet apogée est donné pour une bouteille conservée dans une cave à température et hygrométrie constantes. À l’origine, la notion d’apogée appartient au domaine de l’astronomie ; elle fut ensuite assimilée au point le plus haut de l’évolution de toute chose. Fort logiquement, après la période d’apogée vient une phase de déclin.” Pierre Casamayor

Retour en images : Vinapogée 2017

Nos partenaires 2018

Ils parlent des vins à leur apogée, on a aimé…

« Sur un vin jeune, c’est une hérésie de parler de bouquet, car celui-ci s’acquiert avec le temps. C’est le stade supérieur du vin. Quand il arrive à sa dimension de bouquet, il vous offre son nom, et vous dit : “Je suis né à tel endroit en telle année et je t’offre mon bouquet”. Il faut savoir cueillir les bouquets de la vie au travers du vin. On est là dans la dimension de patience. Malheureusement trop de gens veulent un résultat immédiat avec le vin, ils se trompent alors complètement ». Jacques Puisais

« Le grand vin est une œuvre d’art évolutive, jamais définitivement fixée, un peu comme les mobiles de Calder. Il feint l’immobilisme et est capable de braver le temps pendant des lustres. Sa finalité est d’être bu et de disparaître avec le plaisir qu’il procure. Il suffit que vous en possédiez assez de bouteilles dans votre cave pour vos vieux jours, et il acquiert pour vous l’intemporalité de la sculpture et de la peinture ou la disponibilité répétitive de la musique et de la poésie ». Emile Peynaud

« Le travail comme le vin a besoin de se reposer, et quand le vin est reposé, il recommence à travailler ». Jacques Prévert

« L’homme de goût et d’esprit ne doit point se décourager dans la tâche difficile de former une bonne cave : il lui faut trente années de soins, de dépenses, de voyages, une vigilance et une activité presque surhumaines. Mais qu’importe ? Les jouissances qu’il se prépare sont indicibles et quel héritage à transmettre au fils qui portera son nom ». Grimod de la Reynière

Quelques image de Vinapogée 2017